Home | In evidenza | Décès du Cardinal Etchegaray

Décès du Cardinal Etchegaray

Le cardinal Roger Etchegaray est décédé

Figure de l’Eglise, l’homme de foi était très apprécié. Il allait avoir 97 ans.

C’est une figure de l’Eglise qui vient de disparaître. Ce mercredi en fin d’après-midi, le cardinal Roger Etchegaray est décédé à Cambo-les-Bains, à la maison de retraite Arditeya où il s’était retiré depuis 2017, comme l’indique le diocèse sur son site internet. Il allait avoir 97 ans le 25 septembre prochain.

« Nous mesurons toute l’émotion que la nouvelle de sa disparition ne va pas manquer de susciter dans notre diocèse, dans l’Eglise, en France et dans le monde entier. Nous invitons tous les fidèles à prier pour le repos de son âme » a réagi l’évêque de Bayonne-Lescar-Oloron, Marc Aillet.

Proche de Jean-Paul II
Roger Etchegaray était originaire d’Espelette où il avait été ordonné prêtre en 1947. Un temps archevêque de Marseille, entre autres, il avait été « créé » cardinal par le pape Jean Paul II, le 30 juin 1979. Le Basque était d’ailleurs devenu un homme des missions difficiles de Jean Paul II (Irak, Rwanda, Vietnam, etc), et était une personnalité très respectée de la Curie.

En avril 2014, il avait été élevé au rang de Grand Croix de la Légion d’honneur.

Son corps sera exposé à la maison de retraite Arditeya (47 avenue d’Espagne, à Cambo) à partir de ce jeudi 5 septembre dans l’après-midi. Le lieu et la date des obsèques seront communiqués ultérieurement, précise le diocèse.

Parole de Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des Evêques de France

Le cardinal Roger Etchegaray est mort ce mercredi 4 septembre, âgé de 97 ans. L’Église de France se souvient qu’il fut archevêque de Marseille de 1970 à 1985 et président de la conférence des évêques de 1975 à 1981.

Les plus anciens gardent la mémoire de son contact souriant, de ses éditoriaux pleins de fine sagesse, de son engagement pour l’unité de l’Église au moment où les relations de Mgr Lefebvre et de l’Église entière devenaient difficiles, de sa capacité à exprimer avec justesse et souplesse les richesses de la foi. Ensuite, comme président de “Cor unum” et de Justice et Paix, il avait pris une dimension nouvelle.

Il travailla à la mise en œuvre de la diplomatie voulue par le pape saint Jean-Paul II, cherchant à entrer en dialogue avec tous les régimes mais toujours pour y faire entendre l’appel au respect des droits de l’homme, au premier chef desquels vient le droit à la liberté religieuse.

La mort est venue sceller une vie bien remplie, menée à grands pas, avec liberté et joie, depuis l’appel initial à consacrer sa vie dans le sacerdoce jusqu’aux dernières années, pleines d’activités autant qu’il fut possible, de recueillement et de prière aussi.

L’Église de France accompagne le cardinal Etchegaray, alors qu’il remet sa vie entre les mains de Dieu, le Juge de tous les hommes, se confiant en Jésus, « le médiateur d’une alliance nouvelle » (He 12, 24) et elle rend grâce pour ce qu’elle a reçu par sa fidélité et son service sans faille.

En union avec la célébration de ses obsèques à Bayonne lundi 9 septembre, la messe sera célébrée le mardi 10 septembre à 8h30, dans la chapelle de la Maison des évêques, 58, avenue de Breteuil, à l’intention du cardinal Roger Etchegaray.

+ Éric de Moulins-Beaufort
Archevêque de Reims
Président de la CEF

Lascia un Commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato.I campi obbligatori sono evidenziati *

*

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.