Home | Stampa | Un « pavillon mémorial » à #Lourdes

Un « pavillon mémorial » à #Lourdes

Abus sexuels : une association veut créer un « pavillon mémorial » à Lourdes

Les faits Le collectif de victimes « Foi et Résilience » propose la création d’une sculpture monumentale en périphérie du sanctuaire de Lourdes pour « rendre visible la souffrance des victimes » d’abus sexuels de la part de prêtres et religieux.

Une association de victimes travaillant sur la lutte contre la pédocriminalité dans l’Église propose la création d’un « pavillon mémorial pour les victimes d’abus sexuels perpétrés dans l’Église » qui pourrait être installé à Lourdes, a affirmé l’un de ses membres lundi 22 février.

Les blessures indélébiles des victimes d’abus sexuels

Cette proposition intervient alors que l’épiscopat français se réunit à huis clos jusqu’au mercredi 24 février pour aborder la notion de la « responsabilité » de l’Église.

Ce pavillon mémorial serait d’abord un « témoignage monumental » – une sculpture monumentale par exemple -, « signe de la reconnaissance de la souffrance des victimes » et pourrait être installé en périphérie du sanctuaire de Lourdes, selon le projet présenté par Olivier Savignac, membre du collectif de victimes « Foi et Résilience ».

Dimension muséographique

Il s’agit d’une proposition élaborée dans le cadre des échanges qui ont lieu depuis plus de deux ans entre ce collectif et la Conférence des évêques (CEF), au sein d’un groupe de travail sur les questions de mémoire, a précisé Olivier Savignac. Lors de ces travaux, plusieurs réflexions ont émergé, dont celles de « rendre visible la souffrance des victimes ».

« Unique en son genre », ce pavillon aurait une dimension muséographique – avec des « récits de vie », déclinés sur différents « supports » (audio vidéo, écrit), comprendrait un centre de formation (pour religieux, religieuses, séminaristes, laïcs dans l’Église), un lieu de ressources à destination des chercheurs et scientifiques, ou encore un lieu de conférences.

Il s’agira, entre autres, de « parvenir à un équilibre entre l’analyse historique des faits et la mémoire des souffrances vécues ».

Rien n’est acté

« Lourdes demeure pour l’Église catholique et la société mondiale l’épicentre des pèlerinages mondiaux de croyants et de personnes malades. Le sanctuaire serait un lieu incontournable pour accueillir un tel projet à la mémoire des victimes vivantes et des victimes décédées », plaide le projet.

Interrogée, la Conférence des évêques de France (CEF) a affirmé que « rien n’est acté sur le sujet » à ce stade. Fin mars les évêques entendent se prononcer sur un éventuel dispositif de « reconnaissance de la souffrance vécue » par les victimes, qui pourrait comprendre plusieurs aspects, dont un aspect mémoriel.

En lire plus

Lascia un Commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato.I campi obbligatori sono evidenziati *

*

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.