Home | Stampa | #Lourdes Message de Mgr Nicolas Brouwet

#Lourdes Message de Mgr Nicolas Brouwet

Face au coronavirus – Message de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes – 13 mars 2020

Face à l’épidémie du coronavirus nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas le propager. Il ne s’agit pas seulement de l’éviter pour soi-même ; il faut également ne pas le diffuser.

Nous connaissons déjà les consignes d’hygiène données ces dernières semaines.

Le Président de la République a annoncé des mesures pour faire face à la propagation du virus.

En particulier la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités. Nos établissements catholiques fermeront donc eux aussi à partir du lundi 16 mars.

Pour l’instant nous n’avons pas de raison de cesser les activités du catéchisme, des aumôneries ou des groupes de jeunes tant qu’ils ne rassemblent pas plus de 100 personnes et que les animateurs n’ont pas plus de 70 ans ou qu’ils ne sont pas atteints de maladie chronique ou de handicap. Cette consigne peut évoluer dans les prochains jours. Nous vous tiendrons au courant.

Toutes ces mesures ne mettent pourtant pas fin à la vie de l’Eglise. C’est plutôt l’inverse.

Les rassemblements de plus de 100 personnes sont interdits mais nous pouvons continuer à célébrer la messe et les obsèques avec les fidèles qui voudront et pourront venir. Si l’assemblée dépasse généralement les 100 participants, des consignes vous seront données dans votre paroisse.

Les personnes de plus de 70 ans sont dispensées de la messe dominicale.

Continuons aussi les activités des petits groupes d’adultes : groupes de réflexion, de prière, activités de solidarité, de carême, tout en prenant les précautions proposées.

Pendant les offices les bénitiers doivent être vidés, on s’abstiendra du geste de paix, on privilégiera la communion dans les mains ; ceux qui donnent la communion devront se laver les mains avant et après.

A travers cette épreuve, c’est le principe même de notre communion qui est évidemment touché puisqu’on propose à chacun de rester chez soi et que l’autre est regardé comme un porteur potentiel du virus, et donc comme un danger. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de ce confinement et rester passifs dans notre vie de foi.

Demandons d’abord ensemble au Seigneur de grandir en sainteté à travers ces évènements et de comprendre le chemin qu’il nous trace au milieu de cette épidémie. Nous formons un corps et nous sommes unis les uns aux autres par l’Esprit Saint. Nous devons absolument prendre soin de cette communion, d’autant plus qu’elle ne pourra plus se manifester aussi facilement qu’avant. Notre vie chrétienne continue ; la vie de l’Eglise aussi.

C’est pourquoi je demande que les églises restent ouvertes pour que chacun puisse venir s’y recueillir. Les prêtres doivent continuer à confesser et peuvent se déplacer à domicile pour donner le sacrement des malades avec les précautions d’usage.

Intensifions aussi les moyens spirituels de notre communion ecclésiale. Profitons de ce temps pour faire de nos maisons des églises domestiques :

  • Prenons le temps de la prière les uns pour les autres. En particulier pour les défunts, les malades, le personnel soignant, les personnes isolées ou confinées. Prions le chapelet à cette intention. Nous savons combien Notre-Dame veille sur nous. Nous pouvons nous associer à la neuvaine de prière organisée du 17 au 25 mars par le sanctuaire de Lourdes.
  • Je vous donne personnellement rendez-vous tous les jours à 8h, 12h et 18h pour la récitation de la prière de l’Angelus. Nos cloches sonnent cette prière trois fois par jours.
    Elles nous rappellent ainsi comment nous remettre dans un état de disponibilité au Seigneur jour après jour, heure après heure, au milieu de nos activités.
  • Si la participation à la messe dominicale n’est pas possible nous pouvons la suivre à la élévision à 11h le dimanche sur France 2 ou sur le site du sanctuaire de Lourdes. Cela en pratiquant la communion spirituelle, c’est-à-dire en manifestant son désir profond d’être uni à Jésus-Christ même s’il n’est pas possible de communier sacramentellement. Cette communion spirituelle a une grande valeur aux yeux du Seigneur. « Elle consiste dans un ardent désir de se nourrir du Pain céleste, avec une foi vive qui agit par la charité et qui nous rend participants des fruits et des grâces du Sacrement », écrit le Concile de Trente.
  • N’oublions pas les personnes fragiles et isolées qui sont autour de nous et que nous pouvons toujours visiter en se protégeant bien du virus. Puisqu’elles ne sortent pas nous pouvons aussi les aider dans leur vie quotidienne, par exemple en allant faire leurs courses.
  • Les moyens électroniques sont une chance pour rester en contact avec ceux qui sont confinés ou éloignés. Un texto, un mail, un message sur Whatsapp à un voisin, à un parent, à un enfant du caté pour partager un verset d’Evangile, une intention de prière, une pensée. Restons connectés dans le Seigneur ! Dans toutes nos communautés, nos paroisses, nos mouvements, nos groupes de catéchisme, de jeunes, soyons inventifs pour demeurer reliés dans l’Esprit-Saint ! Notre communion en sortira fortifiée.

Je vous remercie pour le témoignage de votre foi, je vous assure de ma prière et je vous bénis. Avec vous, enfin,

je prie cette oraison de la messe célébrée au moment des grandes détresses : Dieu tout-puissant,

Dieu qui es l’amour, prends pitié de tes enfants : allège leur épreuve, renforce leur foi, afin qu’ils ne puissent pas douter que tu les aimes comme un Père. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

+ Nicolas Brouwet

EN LIRE PLUS

Lascia un Commento

Il tuo indirizzo email non verrà pubblicato.I campi obbligatori sono evidenziati *

*

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.